Dialogues de fleurs


Prix Saint-Fiacre 2016


Description de l'image
Dialogues de fleurs

Dialogues de fleurs

€16.00

En librairie depuis le 15 février 2016

140 x 180 mm, entièrement illustré en couleurs

128 pages, 16 euros

979-10-93104-10-2

Description de l'image

Dialogues de fleurs

texte

Mohammed El Faïz

illustrations

Anne Sorin

 

Qu’il s’agisse du fabuliste babylonien ou du poète arabe médiéval, on voit ici s’exprimer le génie d’une littérature où les fleurs mais aussi les arbres fruitiers prennent vie dans des paroles pleines de poésie, de retenue ou de vivacité, parfois de dérision dans lesquelles s’affronte la dualité du bien et du mal… toute l’ambiguïté contemporaine de nos rapports avec notre environnement.

Ces textes inédits traduits pour la première fois de l’arabe par Mohammed El Faïz offrent des morceaux d’une littérature oubliée, d’un genre rare – la fable botanique – dont l’objet est à la fois de distraire mais aussi d’inciter le lecteur à prendre conscience de la fragilité et de l’importance du monde végétal et de la biodiversité.



Extrait – La requête de la pastèque
 

Douwanay fut le premier à appeler « mignonne », la pastèque. Il la qualifia de « gracieuse», parce qu’elle est la plus féminine des végétaux. L’auteur raconte que dans sa contrée, la Babylonie, beaucoup de fables couraient au sujet de la pastèque. Elles sont relatées par les femmes et répétées par les enfants.

Autrefois, un cultivateur fermier fut tiré de son sommeil, la nuit. Une nuit de pleine lune. Il commença à caresser les cordes de son luth et à chanter. Soudain, une pastèque toute en rondeur se mit à parler :

« Ô jardiniers de Babylone, dit elle, vous cultivez les pastèques en prenant toutes les précautions pour qu’elles viennent grosses et sucrées ; vous dépensez ainsi tant de peine et de soins alors qu’il vous aurait suffi de nous amuser avec vos chants et l’air de vos flûtes. La musique adoucit notre saveur et nous comble de joie. Elle constitue pour nous la meilleure prophylaxie ! »

 

 

L'AUTEUR

Mohammed El Faïz, professeur d’histoire économique à l’université Cadi Ayyad de Marrakech (Maroc), est spécialiste de l’agronomie et des jardins du monde arabe.
Il a publié de nombreux ouvrages de référence dont Agronomie de la Mésopotamie antique : analyse de l’agriculture nabatéenne de Qûtâma (J. Brill, Leiden-Köln-New York), Maîtres de l’eau (Actes Sud). Il a revu, corrigé et écrit l’introduction de Ibn al-Awwâm, Le Livre de l’agriculture (Kitâb al-Filâha) (Sindbad/Actes Sud).


L'illustratrice
Anne Sorin issue des Beaux-Arts de Rennes, travaille depuis plus de vingt ans dans l’édition, elle a fait du livre son support de prédilection à la fois comme illustratrice et comme graphiste.



Description de l'image